Mon petite faible pour les vins de Gigondas n’est un secret pour personne, et finalement, ce n’est pas de ma faute si l’appellation s’est dotée d’un superbe caveau de dégustation, est portée par quelques domaines tout à fait remarquables et reste très abordable d’un point de vue financier. Domaine Montirius, Domaine la Bouîssière, Château de Saint Cosme, Domaine Raspail-Ay, Domaine du Grapillon d’Or sont des noms qui évoquent bons souvenirs et soirées conviviales. Mais c’est au tour des vins du Domaine des Bosquets de Julien Bréchet d’animer la soirée.

Ce nom vous dit quelque chose ? Ce n’est pas impossible. Peut-être avez vous eu l’occasion de déguster une bouteille de Châteauneuf-du-Pape du Château de Vaudieu ou un Lirac du Plateau des Chênes. Ces propriétés sont gérées par d’autres Bréchet, la maman et le frère de Julien. Mais revenons au Domaine des Bosquets et à ses vins, que j’ai d’abord découvert à la Maison des Vins de Boitsfort. Il n’y avait qu’une cuvée. J’en avais pris quelques magnums, que de belles soirées avec des convives conquis. Ensuite, j’ai croisé Julien lors d’un événement de promotion des vins de Gigondas en Belgique. Le parcellaire faisait son apparition, on commençait à distinguer les cuvées, et c’était très bon, tout simplement. Et maintenant, pour le millésime 2017, j’apprends qu’il y a carrément 5 cuvées différentes. On travaille comme en Bourgogne dans le Rhône, du côté de Gigondas, convaincu que les sols, les vignes, les orientations, les cépages, différent à ce point que chaque vin mérite son existence propre et des soins particuliers, afin de comprendre toute la richesse qu’offre la diversité du domaine. Sur le site du Domaine des Bosquets, Julien explique des tonnes de trucs intéressants, simples et sincères et aussi que “Les 26 Ha d’AOC Gigondas s’articulent de manière circulaire autour des différents Lieux-dits comme Jasio, La Colline, Le Plateau, les Bosquets, Roche, Les Routes, et les Blâches. Ce qui fait sa singularité n’est pas tant son unité géographique, mais bien sa diversité géologique et micro-climatique.” Nous avons goûté, avec quelques copains, et nous nous sommes fait plaisir !